;;
FacebookTwitterGoogle BookmarksLinkedin

Membres FFW

Visiteurs

7.png2.png3.png6.png9.png
Aujourd'hui133
Ce mois3741

Qui est connecté

1
Connecté

Boeïng-Stearman A75N1 / PT17 "Kaydet"
 
Immatriculation : F-AZXN
Propriétaire: SNC SDPA
Numéro constructeur : 753885
Moteur : Continental W670-23 de 220Cv
 
ContinentalW-670.jpg
 
Ecouter ==>
 
   stearman 04
                                                   Harald Ludwig                                                                     plus de photos
 
stearman lloyd1 0bccb  Lloyd Carlton Stearman est un ingénieur, un aviateur et un industriel américain, né le 26 octobre 1898 à Wellsford, dans le Kansas, et décédé le 3 avril 1975 à Northridge,
  en Californie (États-Unis).
  En 1931, Lloyd Stearman quitte la compagnie qu’il avait fondé et donc, étrangement, il ne participa ni à la conception, ni à la fabrication des Stearman , qui pourtant portaient son nom.
  Le Boeing E75 Stearman
 
 
 
usine Stearman e2a85  La Stearman Aircraft Company produisit sur fonds propres le biplace d’entraînement X70   pourvu d’un moteur Wright de 225 ch. Le prototype X70 effectua son premier vol
  en décembre 1933.
  Il  fut présenté pour répondre à un programme de l’US Army Air Corps émis en 1934 et portant sur un nouvel avion d’entraînement de base. En cette même année de 1934, Boeing racheta
  le constructeur, et créa la division Wichita de la Boeing Airplane Company.
  La marine américaine acquit immédiatement 61 exemplaires du Stearman 70, baptisé NS-1. En 1936, l’US Army Air Corps passa enfin une première commande
  pour 26 exemplaires, appelés PT-13
  (Primary Trainer). Par conséquent, l’appareil devint le Modèle 73 de Boeing. Ceux-ci furent suivit de 92 PT-13A équipés du moteur R-680-7 de 220 ch, de 255 PT-13B propulsés par un moteur 
  R-680-11 et de 6 PT-13C équipés pour le vol de nuit. Les 318 PT-13D conduisirent à l’apparition du Modèle 75 dénommé par la suite PT-17.
  Ce biplan biplace aux lignes dépouillées était de construction mixte, les ailes étant en bois et entoilées, et le reste constitué de tubes d’acier soudés généralement entoilés. Le train d’atterrissage     fixe possédait une roulette de queue et les atterrisseurs principaux étaient équipés d’amortisseurs hydrauliques comportant des ressorts carénés. Le PT- 17, dont pas moins de 3510 exemplaires furent produits au cours de la seule année 1940, était pour sa part propulsé par un Continental R-670-5. Il y eut en outre 18 exemplaires de la version spéciale PT-17A de vol aux instruments, et trois PT-17B de désinsectisation.
La marine américaine mit en oeuvre le Modèle 75/N2S, dont 250 NS2-1 avec un moteur R-670-14, 125 N2S-2 avec un moteur R-680-8, 1875 N2S-3 avec un moteur R-670-4 et 1051 N2S-4 avec un moteur R-670-5. Puis l’administration américaine passa commande d’un modèle commun à l’US Navy et à l’USAAC, le PT-13D/N2S-5, dont 1768 exemplaires furent produits avec un moteur R-680-17
 
1024px Boeing Stearman NS 1 1936 449b2
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 A l’époque de l’entrée en guerre des États-Unis, la production des moteurs de faible puissance était insuffisance pour répondre à la demande des constructeurs, eux-mêmes submergés par les commandes. Alors, les 150 appareils PT-18 furent équipées d’un moteur Jacobs R-755-7 de 225 ch. Quelque 300 exemplaires du PT-27 Kaydet à moteur Continental R-670-5 de 220 ch furent également fournis aux Forces armées canadiennes, selon la loi du prêt-bail.
En tout 3200 de ces appareils furent fabriqués pour l’USAAC, tandis que la Navy recevait 4575 appareils sous les modèles N2S-1 à N2S-5. A la fin des hostilités, un grand nombre d’appareils furent cédés à plusieurs nations ou transformés pour le travail agricole.
 
" PRIMARY TRAINER  "
Avion spacieux « à l’Américaine », il dispose d’un vaste cockpit en tandem. La taille relativement imposante de l’avion s’explique par son mode de construction en tubes métalliques.
Les quatre ailes en bois ou semi métalliques, entoilées sont assemblées au fuselage par un solide haubanage en forme de N.
Le train d’atterrissage à toute épreuve monté sur un fuselage renforcé permet l’apprentissage du vol et les atterrissages parfois « musclés » des élèves pilotes.
Avion école par excellence, il était en général peint de couleur jaune vive ce qui le rendait très visible dans les circuits de piste; les autres aviateurs de cette époque lui donnaient le sobriquet de  "Yellow Peril".
C’est aux commandes de ces Stearman que des dizaines de milliers de jeunes Cadets ont appris les rudiments du pilotage et de la voltige élémentaire, notamment aux cours de la Seconde Guerre mondiale.
La plupart des pilotes formés ont suivi une formation de base sur ce "PRIMARY TRAINER" qui permettait l’apprentissage classique, la voltige de base et le vol sans visibilité.
Après cette formation les élèves passaient sur des machines plus évoluées tel que le HARVARD T-6 ou le Beech C45, puis ils étaient orientés soit vers la chasse, soit vers le transport ou le bombardement.
 
Quand le dernier Stearman sortit des chaînes de montage de Wichita en février 1945, un peu plus de 10 000 exemplaires l’avaient précédé.
A la fin de la guerre certains de ces avions furent utilisés dans les aéroclub pour la formation des élèves pilotes civils; d’autres furent modifiés, avec notamment l’installation de moteurs plus puissants PW R985 de 450 CV, certains furent même dotés de PW R1340 de 600 Cv et d’un réservoir à poudre à la place avant pour le traitement agricole.
 
Le Stearman de France's Flying Warbirds, comme de nombreux exemplaires de cet avion qui volent toujours aux USA et à travers le monde (on en dénombre pas moins d'une vingtaine inscrits au registre Français), a connu une longue existence et été plusieurs fois reconstruit avec des éléments de divers autres Stearman.
Ceci explique qu'on ne puisse retracer avec précision son historique.
Acheté aux USA, il a été entièrement démonté et restauré sous la forme d'un N2S qui est la dénomination du PT-17 (pour Primary Training soit entraînement primaire) de l'USAAF, dans l'US NAVY.

.